Vivre

Mes lectures 2019

En début d’année, j’ai installé GoodReads, une application pour mieux suivre mes lectures. C’était aussi une bonne façon de m’abonner aux comptes de quelques personnes, histoire de m’inspirer lors de la recherche de nouveaux ouvrages.

Le constat : accro aux pages, je suis devenue accro aux écrans

Jadis rat de bibliothèque (comme ma maman affectionnait à m’appeler enfant), j’étais devenue une personne qui ne lisait plus. La faute à l’addiction aux écrans, la facilité à allumer Netflix, à attraper mon téléphone portable pour scroller Instagram et Twitter…

Je me revois enfermée des journées entières dans ma chambre à dévorer mes Harry Potter, Georgia Nicolson ou encore Twilight. Je me souviens des sentiments qui me traversaient, la frénésie de lire vite vite pour savoir ce qu’allaient vivre mes personnages préférés, lire à n’en plus pouvoir. Vous voyez, comme quand on mange vite et avec gourmandise des gâteaux, avec cette sensation d’avoir été un peu trop vorace. Un bon prétexte pour ré-ouvrir mes livres quelques semaines après pour, cette fois-ci, les déguster. Il y avait aussi l’impatience. Maintenant, on peut enchaîner les tomes. Pour ma part, j’ai grandi avec Harry Potter et devais attendre plusieurs mois avant de connaître la suite des aventures de la fine équipe, idem pour Twilight. Je cite ces sagas car elles ont vraiment marqué cette période de ma vie…mais si vous aviez vu ma bibliothèque de l’époque. Des livres partout, elle débordait. Et quel plaisir quand on m’en offrait des nouveaux.

De la difficulté à retrouver un passe-temps « au ralenti »

Bref, je suis passée d’une accro aux pages à une accro à la facilité des écrans. Et lorsque je me mettais à lire, je me suis rendue compte que j’avais du mal à me concentrer. Les écrans habituent notre cerveau à la vitesse : on consomme sans fin et en mode accéléré. On sur-sollicite nos sens. La lecture est une passe-temps qui appelle…à prendre son temps justement. Et cela m’était devenu impossible. Mon cerveau était comme drogué au « toujours plus vite, toujours plus d’informations à ingurgiter ». Une catastrophe, même si j’ai appris énormément de choses via les réseaux ou découvert de très bons contenus visuels sur Netflix and Co. Je ne parle même pas des podcasts, c’est un autre sujet sur lequel je pourrais écrire pas mal (les bienfaits et les travers…), mais cela fera l’objet d’un autre billet.

Me revoilà donc en février ou mars. Hop, application installée, il faut alors définir un objectif de lecture. Honnête avec moi-même, je me dis que 10 livres en une année est raisonnable, pas trop ambitieux…au regard de la vie que je mène.

Quantitatif & qualitatif, le résultat est clair

Vous allez rire : nous sommes le 19 décembre et j’ai terminé 8 livres ! Le 9e est entamé et je suis bien partie pour le finir avant le 01 janvier 2020. Mais voilà, c’est un échec si on se fie juste à l’atteinte de l’objectif.

Par contre, si on se fie à l’apport de ces lectures…je dois dire que c’est un succès ! Et le comble, c’est qu’elles m’ont toutes été inspirées soit par :

Deux d’entre eux n’ont pas été d’un très grand intérêt : Nândé, les tribulations d’une Japonaise à Paris de Eriko Nakamura et Un parfum d’encre et de liberté de Sarah McCoy.

Pour le premier, j’avais d’ailleurs commenté :

Livre traité par thématique avec des anecdotes d’une Japonaise découvrant la France. Manque de profondeur et caricatural. À lire sans réelle attente.

Les autres lectures ont été de véritables uppercut. Ils m’ont fait voyager dans mon imaginaire, découvrir de nouveaux horizons, m’ont permis de réfléchir beaucoup. Certains ouvrages, malgré la violence de certains passages, m’ont fait ressentir un certain réconfort et même de la nostalgie.

Si je devais en retenir deux, ce serait : Moi, Tituba sorcière de Maryse Condé et le Mur Invisible de Marlen Haushofer. Les autres sont très très bien aussi, franchement il m’est très difficile de vous dire lequel lire en priorité.

2019 & lire des femmes

Fierté totale : je n’ai lu QUE DES FEMMES en 2019. Quand on sait à quel point ces dernières sont moins valorisées, rémunérées voire carrément occultées par certains médias/grand prix littéraires…j’étais heureuse de m’apercevoir de cela. Mon féminisme s’est traduit dans mes choix littéraires, mais je crois que cela n’est pas un hasard !

Relire ma review sur Tituba

De la difficulté à entrer dans certains récits

Comme je suis un peu mauvaise perdante, je me dois aussi de préciser que j’ai entamé 4 autres livres cette année. Parfois, il y a des périodes ou états d’esprit pour entrer pleinement dans une histoire…pour ces derniers j’ai clairement ressenti de la difficulté. Je pense notamment au tome 3 de la saga Le Passe-Miroir de Christelle Dabos. Le rythme est plus lent, il y a aussi un côté plus philosophique…bref, je l’ai mis de côté et y reviendrai dans quelques temps. Idem pour le le recueil de nouvelles de Margaret Atwood.

Concernant le livre de Mona Chollet, on va dire qu’il a un remué mon for intérieur et j’ai préféré faire une pause car certains passages me contrariaient. Il faut dire qu’il remet pas mal en cause l’ordre établi autour de la notion de « Chez soi ». Enfin, la Nuit des Béguines est ma lecture en cours. Et pour le moment, je suis bien embarquée. On verra si j’arrive à le finir avant 2020 ;-).

J’espère que cette review de mes lectures 2019 vous aura plu. Je vous dis à très vite pour un nouveau billet inspiré (et inspirant, je l’espère) !

N’hésitez pas à me faire vos suggestions lectures en commentaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *