Écrire,  Penser

Ce que 2020…

Si on nous avait dit que cette année serait aussi particulière, je crois que nous ne l’aurions pas cru. Chaque fois, le nouvel an a ce goût particulier : un mélange d’excitation, d’appréhension, et de renouveau. On se sent prêt-e à tout. Cette nouvelle énergie insufflée qui nous permettrait de tout réaliser. On remet les compteurs à zéro, on se dit qu’après les épreuves, les challenges, les errances, mais aussi les nombreuses réussites, on sera encore plus capable de tout affronter. Il y aura forcément du mieux. C’est cela qui est beau : dans le chaos, on arrive presque toujours à voir une porte de sortie.

Loin de moi l’idée de tomber dans un discours validiste et psychophobe. Tous les sentiments, toutes les émotions sont légitimes et ont le droit d’exister. Comme je pense qu’il n’y a pas de hiérarchie entre eux. On valorise la positive attitude à outrance, tout en nous injonctionnant à balayer vite fait, sous le tapis, les émotions négatives venant ponctuer nos vies ; de façon furtive ou plus longuement. Si je ne crois pas en cette adage « Ce qui ne rend tue pas nous rend plus fort », je crois que l’on tire de chaque expérience des enseignements. Quid de leur prise en compte ? De leur exploitation ? Encore une fois, je pense qu’il est bon de se laisser le choix. Ce d’autant plus que lesdits enseignements ne sont pas toujours palpables dans notre esprit. Se laisser le choix de les utiliser ou pas. De les considérer ou pas. De les enterrer ou les laisser vivre pour une nouvelle étape.

2020 aura été une année particulière pour moi. 2020 est l’année où je suis devenue parent. C’est aussi l’année où je me suis souvent sentie seule, alors que j’étais hyperconnectée pour compenser. Où j’aurais aimé demander du relais, mais où je ne l’ai jamais fait, ou peu, paralysée par la peur de ce virus, limitant les contacts avec mes plus proches. Et si j’ai encore du mal à accepter d’avoir vécu beaucoup de premières fois dans un contexte anxiogène, si je regrette avec colère de n’avoir pu réaliser certaines choses avec mon bébé tout neuf…je vais plutôt lister ici ce que 2020 m’a apporté :

  • Une nouvelle façon de voir les choses. Plus l’envie de matériel, envie de moments collectionnés. Peu mais mieux. Choisir la futilité, mais mesurée. Prioriser. Savoir davantage ce qui vaut la peine ou pas. La résilience.
  • Une nouvelle maison dénichée…et un futur endroit à investir en 2021. Après avoir eu un bébé, encore une étape « d’adulte pour de vrai ». Ca ne veut rien dire, mais ça me met une petite claque en matière de responsabilité.
  • Une transformation inattendue et pas souhaitée…mais à appréhender à mon rythme. Quand je serai prête.
  • Du temps, surtout du temps : pour apprivoiser ce nouveau petit être. pour découvrir ma nouvelle identité de parent. pour voir mon bébé grandir, préservé dans notre cocon. Du temps gagné en télétravaillant, moins dans le métro. Moins à tirer dans la salle sans fenêtre, plus à allaiter à la crèche. Du temps pour profiter, même si avoir du temps, dans un contexte si difficile pour la santé mentale, n’était pas le combo parfait que j’imaginais. Mais avoir du temps pour voir sa famille se construire…c’est, in fine, ce que je retiendrais de plus précieux en 2020.

Bonne année 2021 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.